Eve Effingham: ou l' Amerique

Eve Effingham: ou l' Amerique

Paperback

$24.90
Members save with free shipping everyday! 
See details

Overview

Extrait
QUAND M. Effingham se fut déterminé à retourner en Amérique, il envoya ordre à son gérant de mettre sa maison de New-York en état de le recevoir. Il avait dessein d'y passer l'hiver, et d'aller à sa maison de campagne quand le printemps ferait sentir sa douce influence. Une heure après avoir quitté le paquebot, Ève se trouva donc à la tête d'un des plus grands établissements de la plus grande ville d'Amérique. Heureusement pour elle, son père avait trop de jugement pour regarder une épouse ou une fille comme n'étant qu'une servante de première classe, et il jugea avec raison qu'il devait employer une partie de son revenu à se procurer les services d'une femme que ses qualités missent en état de soulager une maîtresse de maison d'un fardeau si pesant. Il n'était pas de ces gens qui, pour donner une de ces fêtes à prétention, qui n'amusent personne et dans lesquelles la folie de l'un ne cherche qu'à lutter contre l'ostentation de l'autre, dépensent une somme qui, sagement employée, suffirait pour maintenir un système d'ordre dans une famille pendant tout le cours d'une année ; qui y consacrent volontiers tous leurs moyens, et qui souffrent ensuite que leurs femmes et leurs filles reprennent ces occupations dégradantes auxquelles le beau sexe paraît condamné en Amérique. Il pensait à ce qui fait la base de la vie sociale, au lieu de rechercher ce qui ne sert qu'à l'ostentation. M. Effingham avait assez de bon sens comme homme du monde, et de raison comme homme juste, pour permettre aux êtres dont le bonheur dépendait de lui, de jouir équitablement avec lui des faveurs que la Providence lui avait accordées avec tant de libéralité. En d'autres termes, il rendit deux personnes heureuses en payant généreusement une femme de charge ; d'abord sa fille, en la dispensant de soins qui n'entraient pas plus dans le cercle de ses devoirs, que celui de balayer le devant de la porte de la maison ; et ensuite une femme respectable, qui fut charmée de trouver une si bonne place. Par ce moyen aussi simple que raisonnable, Ève fut à la tête d'une des maisons les plus tranquilles, les plus véritablement élégantes, et les mieux ordonnées de toute l'Amérique, sans être obligée d'y consacrer plus de temps que celui qui était nécessaire pour donner quelques ordres le matin, et pour examiner quelques comptes une fois par semaine.

Product Details

ISBN-13: 9781495997723
Publisher: CreateSpace Publishing
Publication date: 02/19/2014
Pages: 230
Product dimensions: 8.50(w) x 11.00(h) x 0.48(d)

About the Author

Activités romancier
Naissance
15septembre1789
Décès
14septembre1851
Genres aventure
James Fenimore Cooper est un écrivain américain né à Burlington dans le New Jersey le 15septembre1789, mort à Cooperstown dans l'État de New York le 14septembre1851. Il est notamment l'auteur du livre Le Dernier des Mohicans.
Jeunesse et études
Il va à l'école à Albany et à New Haven. Il entre à l'université Yale à l'âge de quatorze ans et reste le plus jeune étudiant jamais entré dans cette université. Trois ans après, il s'engage dans la marine américaine. Il se marie et met fin à sa carrière de marin en 1811. Il s'installe alors à dans le comté de Westchester (État de New York). De 1826 à 1833, il vit en Europe.
Son premier roman Precaution passe inaperçu. Mais très rapidement, avec son deuxième roman The Spy (L'Espion), il rencontre un grand succès.
Une partie de son œuvre est fondée sur les récits des Indiens du Nord. Ses romans ont pour cadre les territoires que son père (qui fut juge et membre du Congrès) avait colonisés. Il a décrit dans la série Leatherstocking (Histoires de Bas-de-Cuir) les luttes franco-britanniques en Amérique du Nord au XVIIIesiècle. Le héros, Natty Bumper, (dit Bas de cuir ou Œil de faucon, ou encore La Longue Carabine), qui a été recueilli enfant par les Indiens, représente l'homme des frontières. La série Bas de cuir est composée de cinq romans, dont Le Dernier des Mohicans, La Prairie et Le Tueur de daims.
Le Dernier des Mohicans, son roman le plus célèbre, a connu de nombreuses rééditions, dont une magnifiquement illustrée par René Follet. Il a écrit de nombreux romans sur la mer tels que The Waterwitch. Mais son œuvre est de qualité inégale et son roman Le Démocrate américain (1835) lui valut un procès.

Date of Birth:

September 15, 1789

Date of Death:

September 14, 1851

Place of Birth:

Burlington, New Jersey

Place of Death:

Cooperstown, New York

Education:

Yale University (expelled in 1805)

Customer Reviews